Culture, arts et artisanat en Thaïlande

Besoin d’évasion?

Envie de rêver?

Laissez vous guider.

Dans la première partie de ce carnet de voyage, vous avez ouvert l’atlas pour situer le pays et vous vous êtes imprégné de son histoire lors de la visite virtuelle des sites majeurs. Ils sont les fondements de la culture, des arts et de l’artisanat en Thaïlande. 

Partez maintenant à leur découverte.

Vous êtes dans l’avion, direction Bangkok.

 

Sorti de l’aéroport climatisé, la chaleur humide tropicale vous frappe le visage.

Lamaï, votre guide, vous accueille en joignant les mains (le waï).

Wai

La culture thaï, une culture millénaire

La richesse culturelle et artistique de la Thaïlande que ce soit la peintre, l’architecture, la danse ou la musique est fortement influencée par le bouddhisme, religion officielle.
Moine

 

D’ailleurs, tournez la tête: un groupe de moines vêtus du Kesa orange traverse la rue. L’occasion pour Lamaï de vous expliquer que les moines bouddhistes pratiquent l’ascétisme. Tous les matins, vers 6 heures, ils vont chercher leur nourriture auprès des habitants et des commerçants.

Elle vous fait remarquer que les Thaïs se rendent dans les nombreux temples pour prier, tous les jours s’ils le peuvent, et remercient Bouddha par des offrandes (des colliers de fleurs et de la nourriture).

Les échoppes qui vous entourent arborent de grandes pancartes en langue Thai. Elle n’a aucune parenté avec la langue chinoise. Lamaï vous en explique la structure.

Une langue complexe

Le thaï utilise un ensemble de signes dérivés de l’alphabet khmer et adapté pour pouvoir transcrire le système tonal de la langue :
  • il possède vingt consonnes, écrites avec quarante-quatre lettres;
  • il contient vingt-quatre voyelles, incluant des diphtongues et triphtongues, notées avec treize lettres;
  • le système tonal est gouverné par le choix des consonnes
  • Le thaï s’écrit de gauche à droite, il n’y a pas de ponctuation, et plusieurs mots peuvent s’écrire collés. Les lettres ne sont pas liées. Il n’y a pas de majuscules.

Lamaï vous enseignera quelques mots:

  • Bonjour: Sawat dii kha (pour madame) ou khrap (pour monsieur)
  • Merci: khop khoun kha ou khrap

et vous reprendra certainement sur la tonalité et votre accent mais avec un grand sourire! 

Une cuisine raffinée

Tom Yam

Au coin de la rue, une roulotte entourée de tables bancales et de chaises en plastique. Lamaï commande une soupe Tom Yam, un bouillon à base d’épices et d’herbes, agrémenté de de poulet, de crevettes ou de poisson.

 

L’occasion pour vous expliquer les origines de la cuisine thaï.

Souvenez vous, l’histoire de la Thaïlande est riche d’invasions depuis le sud de la Chine, les khmères, les mones, les malais, les européens. C’est dans ce contexte que la cuisine s’est construite, riche en épices et qui se prête à la consommation ‘de rue’.
 

Un peu plus loin, vous apercevrez un étal de pasteis de nata typiquement portugais!

Pasteis de nata
On prête aux piments des vertus qui permettent de détruire amibes et autres vers parasites. Les aromates (tuméric, combawa, menthe, gingembre ou coriandre…) apportent leur touche parfumée.

Les arts, un autre pilier de la culture thaï

Une architecture empreinte de traditions

Lamaï vous conduit vers l’un de nombreux temples pour vous initier à l’architecture. L’architecture traditionnelle, son design et ses éléments de décoration reflètent la culture du pays. Elle utilise les matériaux naturels, le raffinement et l’harmonie avec la nature pour faire face au climat parfois extrême.

Elle traduit également le sentiment de communauté et de croyances religieuses. 

Lamaï vous expliquera que la maison sert de protection contre les fantômes et les esprits malveillants qu’un marabout exorcisera lors de la construction. 

La peinture entre traditions et modernité

Des le XIXe siècle, les pigments originels utilisés par les artistes thaïs s’enrichissent et de nouvelles techniques venues d’Occident modernisent la peinture.

L’utilisation des feuilles d’or apporte plus de lumière aux représentations et les couleurs plus de détails. Le style traditionnel perdure et certains artistes réussissent l’exploit de créer leur propre style, plus moderne, en y apportant une touche occidentale.

La sculpture des représentation de Bouddha

La période de Sukhothaï a été particulièrement riche dans la sculpture des représentations de Bouddha assis. Lamaï précise que leur taille varie de quelques centimètres à plus de quinze mètres de haut dans le temple de Wat Si Chum.

Vous verrez que ce temple est malheureusement peu couru des visiteurs qui préfèrent s’agglutiner dans le parc historique de Sukhothaï.

Vous êtes fasciné par ces sculptures à la fois grandioses et mystérieuses, dépourvues de détails tels que les muscles ou les structures du corps. En fait, ces oeuvres étaient sculptées de la manière la plus simple possible afin de garantir la sérénité énigmatique émanant du Bouddha.

Bouddha
 

Une autre représentation remarquable est celle du Bouddha couché situé à l’intérieur du Wat Pho, à Bangkok.

Cette impressionnante statue dorée d’une hauteur de 15 mètres et d’une longueur de 45 mètres est un des monuments les plus visités de la capitale.

Elle est faite à partir de plâtre et recouverte d’or.

Fidèle à la tradition, Lamai laisse une offrande.

Les Arts du spectacle

 

Le spectacle Khon

Lamaï vous invite à un spectacle de danse dramatique thaïlandaise Khon, l’une des représentations les plus populaires du pays. 

 

Les danseurs sont habillés de costumes richement décorés d’or et de pierres précieuses. Ils portent de magnifiques masques en papier mâché pour mettre en valeur des caractéristiques de leur personnage.

Khon

Lamaï vous explique que l’oeuvre relate la guerre menée par Râma contre Tiosakanth, roi démoniaque ayant enlevé Sîdâ, l’épouse de Râma. 

L’histoire est représentée par des mouvements, des gestes et des poses stylisés. Certains sont si difficiles et pénibles que, dans le passé, les danseurs étaient exclusivement des hommes. Aujourd’hui, seuls des extraits du khon sont présentés, interprétés par des hommes et des femmes.

 

Le théâtre de marionnettes

Après le théâtre Khon, Lamaï vous entraine dans un théâtre de marionnettes traditionnel, également très populaire auprès des visiteurs. Comme pour le Khon, on raconte les histoires de Ramakia.

Toutefois, les principaux acteurs sont des poupées animées par des personnes au moyen de tiges métalliques. Lamaï vous présente aux trois marionnettistes nécessaires pour faire face à la complexité des mouvements et des gestes effectués par les marionnettes.

Les jeux d’ombre

A coté des marionnettes, Lamaï vous montre les jeux d’ombres qui constituent également une forme de théâtre. Ce divertissement remonte a la nuit des temps. Il produit des silhouettes découpées dans le cuir et montées sur des baguettes. Ce théâtre allie esthétique visuelle, animation, musique et chant.

La musique

Toutes les formes de théâtre en Thaïlande ainsi que la boxe thaïlandaise sont accompagnées de musique, généralement par un orchestre traditionnel. Les instruments de musique utilisés sont les tambours, les cymbales, les xylophones, les flûtes et un instrument à trois cordes appelé Sam Sai, qui joue des mélodies pénétrantes.
Danseuse thai
 

La danse folklorique thaïlandaise est depuis longtemps un symbole de la culture représentative du Royaume. Les mouvements gracieux des danseurs enveloppés de magnifiques costumes, vous envoutent aux sons exotiques de la musique.

Une occasion pour Lamaï de vous montrer quelques gestuelles dont l’élégance se traduit jusqu’au bout des doigts.

Les arts martiaux

Muay Thai ou boxe thaïlandaise, est le sport national qui prend ses racines dans les usages militaires du XIIIe siècle, durant le royaume de Sukhothai,
Lamaï vous explique que Muay Thai est connu comme « l’art de 8 membres ».

Elle vous indique les 8 points de contact: les poings, les coudes, les genoux et des coups de pied.

Un sport qui diffère de la boxe avec 2 points de contact et le karaté avec 4 points de contact poings et pieds.

Muay Thai
Aujourd’hui, Muay Thai est pratiqué par les hommes et les femmes.

L’artisanat, reflet de la vie quotidienne

 

L’artisanat thaïlandais a cette particularité de refléter la vie culturelle, les coutumes et les goûts.

Lamaï vous présente ce panier en bois qui sert à mettre du riz, ces récipients utilisés pour boire de l’eau ou encore les nattes tressées, celles que les thaïs utilisent pour s’asseoir par terre ou dormir.

Ces objets offrent une vision du mode de vie d’un peuple. Ils vont vous surprendre par leur élégance et l’habileté des artisans. 

Chiang Mai, au nord du pays, est le centre de l’artisanat national qui offre une grande variété d’artisanat traditionnel et de haute qualité. L’occasion pour Lamaï de vous citer la sculpture sur bois, la laque, l’argenterie, le rotin et le bambou. C’est d’ailleurs quelques unes de ces compétences que vous retrouverez dans l’enceinte en bois! 

Suivez votre guide dans les méandres du marché artisanal.

La soie thaïlandaise

Spécialité artisanale traditionnelle, la soie thaïlandaise est la plus connue. Fort d’une histoire de plus de 3,000 ans, elle est célèbre pour sa texture douce, ses couleurs vives et son éclat. Lamai vous explique que la soie naturelle est issue de l’élevage du papillon appelé Bombyx.

Le vers a soie nouvellement né subit 4 mues dans les 30 premiers jours de sa vie pour atteindre la taille de 10 cm et 10 000 fois son poids initial. Cers vers ne se nourrissant que de feuilles de murier dont ils consomment une feuille par jour!

Avant de devenir papillon, la chenille sécrète une bave qui, en durcissant, se transforme en un fil unique de soie brute qui lui permet de fabriquer son cocon.

Lamaï vous montre y-un de ces fils, fins et brillants, dont la longueur varie de 300 à 1 500 mètres et le diamètre 10 micro mètres (0,001 mm). Elle précise qu’il vous faut 600 cocons pour tisser le foulard en soie qui vous tente. Et avec un clin d’oeil complice, vous fait remarquer qu’au XVIIe siècle, la ville de Lyon devint la ville de la création de la soie sous l’impulsion de Colbert!

L’argenterie

Lamaï, originaire de Chiang Mai est très fière de vous montrer les richesses de sa région qui envahissent le marché. Un des espaces présente l’argenterie thaïlandaise, travaillée depuis des générations. Vous y trouverez des articles du quotidien comme des bols ou des bijoux.

Les techniques traditionnelles servent à créer des objets en argent à la main avec au moins 92.5% d’argent pur.

La sculpture sur bois

Scupture sur bois Thai
 

C’est sur l’étal suivant que Lamaï vous présente les sculptures sur bois. Art traditionnel du nord de la Thaïlande par excellence, la sculpture sur bois est faite sur le bois de teck, d’acajou, ou du bois de manguier (tiens, tiens, ça ne vous rappelle pas la fabrication de l’enceinte naturelle?).

 

Les sculptures sur bois sont désormais de plus en plus utilisées pour décorer les meubles, les paravents, les chaises, les tables, les lits… 

La laque

Pratiqué en Chine depuis 3000 ans, la laque s’est répandue dans toute l’Asie du Sud-Est. A l’origine elle servait de colle ou encore à protéger les objets en les imperméabilisant.
Initialement de couleur noire ou rouge, au grès des invasions, on ajouta à la laque des pigments pour la colorer.

Vous retrouverez bien sur la laque appliquée sur les enceintes en bois de manguier que vous montre Lamaï.

Enceinte naturelle manguier

La fin du voyage

 

Dans la chaleur moite, le soleil se couche sur la ville de Bangkok. Le voyage se termine et Lamaï vous salue, toujours avec ce sourire dont vous garderez l’image.

Envie d’évasion après ce séjour virtuel? 

Prenez un billet d’avion pour visiter ce pays magnifique, fréquenter ses habitants, déambuler sur les marchés,admirer son artisanat ou goûter un insecte frit. 

 

A bientôt, Laew phob kan maï!

 

Et puis,

คุณชอบบทความนี้หรือไม่? ฝากข้อความ

(Khuṇ chxb bthkhwām nī̂ h̄rụ̄x mị̀? F̄āk k̄ĥxkhwām)